Morlaix, sur les traces des remparts

La Ville de Morlaix vaut le détour ! Un patrimoine unique en Europe avec les maisons à Pondalez, maisons à pans de bois à l’organisation intérieure basée sur le Pondalez (escalier en bois avec passerelle sur toute la hauteur de l’édifice), les venelles qui remontent du centre-ville vers les hauteurs des anciens faubourgs, et, le phénoménal « viaduc » ferroviaire au deuxième niveau et piétonnier au premier. À Morlaix, prenez de la hauteur.

Yvon vous conduit sur les traces des remparts.

Départ au centre-ville de Morlaix. Passage par la « rue intérieure » de la mairie de Morlaix. Yvon nous fait découvrir notre futur parcours en commentant la maquette du Morlaix d’autrefois, dont il maîtrise chaque recoin. Logique, celui qui vous parle est l’auteur du modèle réduit…

La balade débute réellement près de l’actuel cinéma, où subsistent quelques mètres des anciens remparts de la ville. Au fil des pas se dessine sous nos pieds l’ancien Morlaix intra-muros, à l’époque où les rues étaient des ponts ou des cours d’eau. Yvon nous raconte la vie à l’ombre des remparts, en s’appuyant sur des illustrations ou peintures anciennes.

Au fil de la balade, les époques et les constructions se mélangent. Des pierres gravées en remerciements à des personnalités rue des lavoirs au magasin art nouveau début XIXè tout à côté. Parfois, on pousse quelques portes, on fait un détour par une cour intérieure, pour dévoiler un petit détail éloquent, caché de tous.

Et, puis, passage obligé à Morlaix, vous grimpez dans les hauteurs, sur le site de l’ancien château. Quelques marches abruptes, un autre Morlaix s’ouvre à vous. Un parc public aménagé en position dominante sur toute la ville, là où les murailles du château accueillaient les visiteurs avec aplomb, permet de découvrir de rares, très rares vestiges.

À vos pieds, toutes la ville, toutes les églises, le viaduc, les ruelles et venelles qui se succèdent, les maisons perchées sur les collines. Ce qui était labyrinthique et étriqué devient grand spectacle.

Pour redescendre vers le centre-ville, Yvon pousse une lourde porte en bois, celle de son jardin, un « kombot » comme on dit ici, un jardin suspendu accessible depuis la partie haute de la maison. Il nous conduit dans sa maison, une habitation traditionnelle, autrefois hôtel, et surtout dans son garage où l’on découvre une cheminée magnifique.

Les remparts ont disparu. Leurs traces sont passionnantes. Merci Yvon.

Publicités

Une réflexion sur “Morlaix, sur les traces des remparts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s